Une fin de Solitaire sur les chapeaux de roue !

Quatrième et dernière étape de la Solitaire Bompard Le Figaro 2016
Plus une manche contre la montre qu’une étape de course au large, le programme de cette fin d’édition ne laissait pas de répit. Arrivée après trois jours de mer, une journée de repos laissant tout juste le temps au préparateur de tout remettre en ordre sur le bateau et c’était déjà reparti.


Le parcours : côtier devant le port des Minimes, remontée entre l’île de Ré et la côte- tour de l’île d’Yeu dans le sens anti-horaire-descente à l’extérieur de l’île de Ré et Arrivée aux Minimes.
Objectif : bien partir, ne jamais dormir, rester lucide pour la transition entre vent synoptique et thermique faible. Bien choisir entre deux scénarios météo bien différents…
Réalisation : bon départ, enfin… j’exulte à bord, enfin je peux jouer au contact, je fais simple et efficace, je me place afin d’avoir du vent frais et de limiter les manœuvres. Passage au vent dans les 10, le portant se passe bien. Le vent a déjà un peu mollit, une figure de style à la bouée sous le vent de la part de Mary me permet de ruser et de reprendre Thierry CHAB’… je m’éclate.

13613350_10155017379312729_7990866472050980621_o
Les choses se compliquent. Pourtant le plan était simple = tout droit jusqu’à la côte car nous sommes contre le courant pour passer sous le pont de l’île de ré et le vent favorable se trouve à droite à la Pallice. Je me décale au vent dès le début pour sortir des fumes de ceux de devant et me mettre à l’abri. Dommage… Un bateau sur le nez puis deux, 4 virements qui me coûtent très chers. Je me retrouve à jouer à la balle de ping pong, jamais au bon endroit au bon moment, je rage. Une fois sortie de ce sac de nœuds, je m’applique pour garder mon avance sur ceux de derrière et surtout ne pas lâcher ceux de devant car ce n’est que le début.13581962_10155018058377729_4103644435440194499_o
Au crépuscule nous tirons des bords dans un vent léger le long de l’île de ré. La nuit tombe, je suis au vent de mon paquet afin de gérer les bateaux en retrait sous le vent et ceux qui sont montés derrière. Le suiveur anime la soirée avec Gildas et l’histoire de son grand père mécanicien à ses heures des bateaux du père Jaouen, l’histoire de la chanson « Hasta Luego » d’Hugues Aufray pas Maître Gims… ça discute chiffons, hippopotames and co 😉

13584651_10155019698472729_1337870501838726992_o
Milieu de nuit envoi de spi au début c’est tranquille et un peu débridé et puis il faut loffer pour réussir à enrouler l’île d’Yeu. Il y a un truc qui bug à bord… le vent monte à 13-15 nœuds et le bateau ne réagit pas comme d’habitude, le spi a une drôle de tronche… Je checke la drisse, elle est en tête… je me mets en mode bourrin, c’est pas grave ça va le faire. Ce qui le fait surtout c’est que je suis sur la tranche et je n’avance pas une cacahuète ! A l’aube ô désespoir c’est le barber sous le vent qui n’était pas lâché entièrement ; c’est la phase auto critique (enfin pas trop parce qu’il faut toujours s’appliquer pour faire l’île). Reste pas grand monde derrière, Clairette et Justine sont à portée de main, une claque sur les joues, on oublie et on attaque.

13603567_10155019361502729_5944391480804365679_oArrivées au nord de l’île d’Yeu il faut serrer le vent, faire tomber le spi le plus tard possible et choisir son camp… Sur la manœuvre je reviens bien. Je me mets au vent des filles au début pour profiter en première des accélérations du vent le long de l’île.
Météo : c’est le scénario d’il y a deux jours qui se déroule : le vent mollit, le thermique doit revenir mais pas très fort… PATIENCE. C’est ceux qui ont tiré la barre et allongé qui récupèrent le vent en premiers…snif, ras la casquette, Justine nous lâche complètement. J’enroule une bouée au niveau du phare des Baleines en compagnie.. tindin du bateau jaune de Damien GUILLOU, c’est de bonne guerre et à l’image de cette Solitaire. Après la molle quelques risées capricieuses nous atteignent, et quelques bords de portant plus tard c’est l’arrivée enfin.

Au final, une petite manche dure, très dure pour les nerfs. La plus courte et pourtant celle qui me coûtera le plus de places. Il ne me reste plus qu’à revenir l’année prochaine pour marquer l’essai !13661806_10155032477087729_168571068747283662_o

Merci à toute la famille qui s’est occupé de la logistique, de la préparation ; à l’équipe de la ligue, aux web-supporteurs et à mes partenaires : la Région Normandie, le centre Porsche Caen & Rouen, la Fédération Française de Voile, Helly Hansen, la Société des Régates du Havre et le Yacht Club de Cherbourg, le Port Chantereyne, la ligue de Normandie, le CDV 50. Autant de personnalités derrière qui portent et soutiennent le projet.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s