TFVoile 2016 : EMCC reste sur sa faim

EMCC by Normandy Elite Team c’est l’un des trois diam 24 aidé par la Région Normandie et le Normandy Elite Team présent sur le Tour de France à la Voile 2016.f259a

Le Tour de France à la Voile en quelques chiffres :

  • 4 étapes dans le Nord (Dunkerque, Dieppe, Roscoff et Baden)
  • 5 étapes dans le Sud (Roses ESP, Gruissan, Marseille, Hyères, Nice)
  • 9 villages et paddocks au plus près du public pour un spectacle garanti !
  • 24 équipages
  • 2 sortes de courses par étape (une journée raid à 24  et une journée stadium = 4 à 6 courses en poules de 12 suivies d’une super finale pour les 6 premiers de la journée)
  • 1 semi-remorque pour les 3 bateaux normands, 2 camions et 2 zodiacs à tracter et environ 18 personnes à loger, nourrir…

Les équipages normands :

  1. L’équipage féminin d’Helvetia Purple
  2. L’équipage masculin et jeune d’Helvetia Blue
  3. L’équipage mixte et « Pro » d’EMCC avec à bord en début de Tour : Cédric CHTEAU, Baptiste CHOQUENET, Yves-Marie PILON et Maxime MESNIL et pour le Sud : Maxime MESNIL, Alexis LOISON, Paul DAGAULT (et non DAGO) et moi-même!

    C’est la première année que les trois équipages se présentent sur le TFV. Un peu de retard en maîtrise du support et un nombre d’entraînements limité ont fait de ce Tour un défi sportif intense pour tous les normands.

A Dieppe, EMCC s’offre sur le fil une super finale et par la même occasion le prix « Finagaz »de la combativité. Les raids s’enchaînent aussi avec de belles choses sur l’eau. C’est à Dieppe que j’ai rejoint l’équipe pour essayer de soulager un peu les navigants et faire un peu d’assistanat 😉 Au programme : conduite, aide sur la préparation des bateaux, sur les montages/démontages entre chaque étape… Un peu de zodiac tout de même pour observer ce qui se fait sur l’eau chez les normands et surtout chez les autres afin de prendre quelques billes pour le sud. Quelques images me resteront longtemps en tête comme la raid à Roscoff en Baie de Morlaix au Sud de l’île de Batz et jusqu’au tour du Château du Taureau. Raid remporté pour la première fois sur le Tour par Crédit Mutuel mené par Nicolas TROUSSEL.

A Baden, mention spécial à Sébastien PETITHUGUENIN qui nous a offert l’hospitalité chez lui et nous a permis un peu de détente avec de très bons dîners, quelques baignades et une belle soirée avant la transhumance vers le sud.

Une transition qui signifie pour EMCC de gros changements dans l’équipage :

Maxime : « Nord/Sud même combat. Des débuts difficiles et une progression certaine au fil des jours. Très content d’avoir réussi à participer à une super finale dans le Nord avec en parallèle de bons résultats sur les raids. Dans le sud la difficulté résultait en grande partie du fait que l’équipage constitué ne s’était jamais entraîné dans ces configurations. Pas d’éclats sur la fiche de résultats, cependant, nous avons au fil des jours beaucoup progressé en vitesse. Par contre, la différence s’est faite sur les phases d’adaptation aux variations de force du vent ; moins constants que nos adversaires, et malgré de belles bagarres avec les leaders, nous n’avons pu tenir jusqu’au bout pour marquer le coup »

Effectivement les raids dans le sud nous ont un peu malmené. Que ce soit avec de supers départs (Hyères) ou un très mauvais (Nice), nous arrivions à tenir plus ou moins au devant de la scène jusqu’aux phases de transition entre la fin du vent synoptique une phase de pétole et les premières rentrées de vent thermique. C’est à ce moment-là généralement que nous lâchions malgré nous le premier paquet…

 » Tout comme dans le Nord, c’est sur la fin que nous nous sommes sentis les plus à l’aise et les plus capables de faire de belles choses. Malheureusement c’est fini ! Nous avons pris beaucoup de plaisir sur les magnifiques raids côtiers. Il y a eu de très belles choses avec des passages de bouée dans les premiers. Cependant, pas un côtier ne s’est couru sans phase de pétole et de lotterie. Il fallait à chaque fois choisir son camp et laisser partir une partie de la flotte. Nos options sans être catastrophiques ne nous ont jamais permis de conserver nos belles places du début. Une légère frustration mais beaucoup d’enseignements et surtout une énorme envie de revenir à armes égales avec nos adversaires c’est-à-dire : une saison complète avec entraînements, régates d’avant saison et toute la panoplie des têtes de série ! »

Pour ce qui est des stadiums, les 80% se jouent sur les départs. C’est un coup de main à prendre, réussir à garder un minimum de manoeuvrabilité du bateau à la barre, savoir quand orienter les étraves pour le premier bord, savoir quand dérouler le gennaker… Décider avant même la première bouée s’il faudra empanner rapidement ou non, réussir à caler de belles manoeuvres et avoir en tête le dérouler général de la manche avant même le départ. Faire simple, rapide et efficace, ça s’apprend. Une chose est certaine, nos navigations sur le tour nous aurons largement favorisés pour la régate suivante : les Internationaux de France de Match Race 2016 à bord de Catamaran COD25 pour une toute première fois en France ! (récit à venir)

Pour finir, un très grand bravo à la Lorina Team qui s’impose haut la main avant même la dernière étape. Une préparation rigoureuse, une équipe jeune, soudée et performante ; bref, une recette qui vient de faire ses preuves !

Publicités

Un commentaire sur “TFVoile 2016 : EMCC reste sur sa faim

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s